• Toi-même tu sieds, que c'est l'été

       A en juger par le nombre de coups de tonnerre et de chats parachutistes réceptionnés, l'été est bien arrivé en parisie. Et bien que je porte régulièrement les deux dernières robes d'été que je me suis cousu, j'avais envie d'un genre un peu différent.

      Côté inspiration donc, je me préparais à me patronner pour l'été une robe longue froncée ambiance western d'après une fripe un peu trop juste mais attendais de trouver le tissu adéquat et surtout de récupérer la fripe en question restée chez mes parents. Cette attente a augmenté ma sensibilité à l'abondante floraison de Myosotis dans leurs versions les plus aériennes, elles-mêmes me rappelant que je gardais au chaud depuis un moment la photo d'un modèle Journal Standard (Blog basique ? Chépa, c'est japonais) dont le charme ne s'est pas émoussé au fil des ans.

    Toi même tu sais l'été

    Ah ouais, moi aussi je ferme les yeux et je m'y crois dans cette petite robe...

      Cette association de malfaiteurs allait de plus me permettre d'utiliser une fin de rouleau de crépon de soie grenat de petite largeur (1m15) trouvé chez Bennytex. J'ai pu caser la robe dans le 1m60 à disposition.

    Toi-même tu sieds, version été

      Je suis partie du corsage de Fit But You Know It en taille 40 avec les modifications suivantes :
    - bas du corsage situé 1cm au dessus de la ligne de taille (correspond ainsi à ma taille naturelle).
    - léger élargissement poitrine du devant (1,5cm en largeur en tout, 1cm en hauteur). NB: j'aurais du abaisser un peu l'extrémité des pinces.
    - encolure modifiée avec retrait du col et évasement en cœur.
    - ajout de 3cm de fronces à la tête de manche, allongement de 13cm et évasement du bas de 15cm.
    - ajout d'un panneau de jupe froncé de 130 x 21cm, sur lequel vient se greffer un deuxième panneau froncé de 225 x 30cm.

    Toi-même tu sieds, version été

    Un coup de ciseau malencontreux se cache sur cette photo. Saurez-vous le retrouver ?

      Ce crépon n'était pas des plus aisés à travailler, puisqu'il faut faire attention à ne pas détendre un tissu dont le degré d'accordéonage est par ailleurs inégal sur la laize. C'est ainsi qu'après avoir stabilisé les entournures avec un petit ruban de thermocollant, je me suis retrouvée après le premier montage des manches avec une entournure droite 3cm plus serrée que la gauche... Point positif : il est beaucoup plus facile d'ajuster la largeur de la taille au moment de la coudre au panneau de jupe afin de pouvoir se glisser dans la robe sans tout faire craquer (dans mon cas la largeur nécessaire a été de 84cm).

    Toi-même tu sieds, version été

      Mes manches ne sont pas tip-top, mais convenables, le but n'ayant pas été d'obtenir le plus bel objet possible, mais d'obtenir rapidement une robe tirant parti de ces ressources entre deux projets plus précis.

    Toi-même tu sieds, version été

    Personne atteinte de la malédiction du dos qui pend

      Je me suis tellement emballée que j'ai oublié de penser à l'éventualité des poches, et une fois le tout fini, il ne restait plus assez de tissu dans les chutes pour espérer en caser quelque part.

    Toi-même tu sieds, version été

      J'ai réalisé une ceinture tressée approximative avec les derniers restes découpés en lambeaux et enfilés les uns dans les autres. Voici donc ce que donne la robe sans ceinture. C'est tout aussi confortable, mais visuellement je trouve le résultat plus heureux avec que sans, notamment pour le rendu des proportions des panneaux de jupe.

    Toi-même tu sieds, version été

      Quant à la portabilité de la chose : la longueur est pile ce qu'il faut, le toucher très neutre du tissu, ni rêche ni doux, renforce l'impression de légèreté au porter. Il est par contre assez transparent, donc soit je mets des sous-vêtements couleur chair et j'assume, soit je me couds enfin ce fond de robe que je suis sensée faire depuis des lustres. De plus le volume de la jupe couplé à cette légèreté rend la consultation d'un anémomètre pertinente avant de se risquer dehors. A cet égard, l'absence de poche diminue la viabilité de la chose, puisque qui dit poche dit lest possible ? La couleur, une de mes préférées, devrait s'avérer un facteur suffisamment incitatif à un port au moins occasionnel.

    Toi-même tu sieds, que c'est l'été

    Boutons de bois, ceinture tressée et ourlets à la main !


  • Commentaires

    1
    Marie Poisson
    Mercredi 13 Juin 2018 à 11:16

    Bravooooo! Elle est très belle, te va très bien, dans tes couleurs, tout est top!

    2
    annie
    Mercredi 13 Juin 2018 à 11:47

    Jolie, féminine, virevoltante ; Coup de ciseau malheureux devant bas gauche : je crois !

      • Mercredi 13 Juin 2018 à 12:05

        Exact ! Heureusement c'était le tissu parfait pour que sa réparation passe inaperçue.

    3
    mükikoo
    Mercredi 13 Juin 2018 à 11:52

    Elle est whoa.

    Traditionnellement, les robes étaient plombées dans l'ourlet avec un ruban garni de pastilles de plomb.  Je suppose que la haute couture les utilise encore, mais où trouver ? Les plombs à rideaux sont épais et feraient très moches.

    Bravo pour ton travail de toute beauté. Et oui elle évoque la myosotis, mais en mieux.

      • Jeudi 14 Juin 2018 à 22:10

        Alors je pense que je vais y broder des pois chiches pour un look des plus boho-chic. Faudra juste faire gaffe à pas faire s'éterniser la lessive.

    4
    madebyviou
    Mercredi 13 Juin 2018 à 11:53
    Cette myosititude vous sied à merveille Mme Biquette!
    5
    Zephora
    Mercredi 13 Juin 2018 à 13:29
    Il va falloir éviter les grilles d'aération du métro, mais cette robe est charmante ;-)
      • Jeudi 14 Juin 2018 à 22:17

        mmh, grosse réflexion sur les dessous adéquats...

    6
    cyqlaf
    Mercredi 13 Juin 2018 à 13:35
    cyqlaf

    Mon Dieu, cette couleur !!! Cette robe a un bel avenir devant elle !

    7
    Liseli
    Mercredi 13 Juin 2018 à 14:51

    L'avantage, c'est que si jamais tu te rends compte que tu ne la porte pas, il suffit de couper le dernier volant pour en faire une blouse légère à porter sur un short.

    La couleur est effectivement top, tout comme l'encolure en coeur. Je suis moins fan des manches papillon et des fronces mais ça, tu commences à connaître la chanson!

      • Jeudi 14 Juin 2018 à 22:21

        Pour la transformation en blouse c'est ce que je me suis dit en cours de montage alors que je n'étais pas sûre du tout que la proportion des volants allait donner quelques chose de joli.

    8
    corinne
    Mercredi 13 Juin 2018 à 16:13

    toute mimi cette petite robe, parfaite pour l'été qui arrive. Bravo

     

    9
    carole
    Mercredi 13 Juin 2018 à 20:04

    Olalla, quelle beauté!

    10
    lorln
    Vendredi 15 Juin 2018 à 00:21

    Jolie robe et jolie couleur !

     

    11
    Val
    Vendredi 15 Juin 2018 à 12:57

    Adorable !!

    12
    Lundi 2 Juillet 2018 à 13:03

    Jolie version "bidouille" de patrons, pour un résultat waouh ! Et pourtant cette myositis pullulante, je n'adhère pas....tu as trouvé le détail qui tue, et qui contourne l'effet mongolfière : la ceinture. Top !

    La couleur, la légèreté. Je m'y projette presque, vu que j'ai déjà cousu ton modèle de chemise que je mets beaucoup. J'allongerais bien le sujet avec un troisième grand volant pour être bobo jusqu'aux chevilles.

     

    Merci pour les détails des modifs.

    13
    Jeudi 19 Juillet 2018 à 14:19

    Wouhaouuu, j'adore ! Mieux que D&D, des volants bien dosés et j'adore le décolleté avec boutonnage.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :